iA


Événement le 18/05/2013 : Rencontre autour des représentations de la Commune de Paris

Myriam Tsikounas

Error: Impossible de créer le dossier wp-content/uploads/2019/04. Son dossier parent est-il accessible en écriture par le serveur ?
Myriam Tsikounas est professeure à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne où elle dirige le master « Histoire et audiovisuel ». Elle est responsable de l’équipe ISOR du CRH du XIXe siècle Paris 1 - Paris 4 et codirectrice de la revue semestrielle Sociétés & Représentations. Derniers ouvrages parus : L’Historien, le juge et l’assassin (dir. avec André Rauch), Publications de la Sorbonne, Paris, mars 2012, 286 p. ; Imaginaires urbains. Du Paris romantique à nos jours (dir.), Le Manuscrit, Paris, 2011, 363 p. ; Lire, voir, entendre. Réception des objets médiatiques (dir. avec Pascale Goetschel et François Jost), Publications de la Sorbonne, Paris, juin 2010, 400 p. ; Quand les psychotropes font leur pub. 130 ans de promotion des alcools, tabacs, médicaments (avec Thierry Lefebvre et Didier Nourrisson), Nouveau Monde, Paris, 2010, 306 p.
La Nouvelle Babylone : un essai d’écriture filmique de l’Histoire
En 1929, le Sovkino confie à une avant-garde cinématographique, la Fabrique de l’Acteur Excentrique (FEKS), le soin de réaliser un film sur la Commune parisienne de 1871. L’objectif de cet article est de comprendre de quelle manière ce collectif de comédiens, metteurs en scènes et techniciens audacieux, réussit à écrire de façon inédite cet épisode révolutionnaire que les Soviétiques des années 1920 considèrent comme le point de départ de leur propre histoire. L’enjeu est également de déterminer la façon dont la FEKS, qui choisit de reconfigurer le passé par l’allégorie plus que par l’analogie, parvient à recréer l’atmosphère parisienne de la « Fête impériale » en s’appuyant sur la production artistique de l’époque : roman, dessin de presse, peinture, music hall et opérette. La finalité est également de saisir par quel tour de force la FEKS arrive, par la seule force du montage et de la dramaturgie, non seulement à exprimer l’irréversibilité de l’événement mais à faire oublier aux spectateurs les invraisemblances du récit pour leur donner envie de rallier la marche du socialisme ? Lire la suite – ‘La Nouvelle Babylone : un essai d’écriture filmique de l’Histoire’.